Ma chère maman*,

 

J'espère que tu vas bien.
J'ai bien réfléchi : toute cette histoire, ça me parle.  J'ai plein d'idées  ;  je repense à la verrière : « c'est beau mais c'est un espace très hostile, il fait 50 degrés l'été et l'hiver le sol en béton gèle », tu m'as dit.

 

J'ai tout de suite pensé à Concrete Island de Ballard, cette ambiance poussiéreuse, âcre, étouffante. Je nous ai vus, tous, coincés comme le héros, mais sur la presqu'île de béton des Tanneries, entre les deux bras du Loing comme entre les bretelles d'une autoroute, drôles de vacances en famille.

Et puis il y a cet épisode de la Quatrième dimension : The midnight sun. L'héroïne, une artiste, son visage ruisselant, en nuisette à la fenêtre. Elle regarde les tôles surchauffées des voitures, le bitume qui fond, comme la peinture sur ses toiles, le soleil qui se rapproche. Fin du monde.
À la fin, elle se réveille, c'était un cauchemar, en fait la terre s'éloigne du soleil, on va tous crever de froid.

Alors pour l'expo, j'ai eu l'image d'une rue « post-post-apocalyptique », joyeuse. On fond, on gèle, mais on continue à fabriquer des choses, on résiste avec des sculptures « survivantes » : on arrive par le bout de la verrière et on marche 50 mètres dans ce « couloir » de béton, avec le ciel au-dessus de la tête. Une sorte de fête foraine, comme dans la ville abandonnée de Tchernobyl, et des arbres étranges qui repoussent au milieu des auto-tamponneuses vides. Les sculptures ont pris la rue, elles ont leurs propres armes, elles crient !

Du coup, j'aurais sans doute des pieds en métal à fabriquer avec Pierre et Thomas. Miam. Des photos, Louise avec un tutu et un coquillage en PQ sur la tête, ça sera chaud, style shooting de mode. Une pluie de malabars rose. De la colle blanche. Un tapis à paillettes. Un matelas accroché au plafond, avec une sangle ? Des brioches cosmiques et des pizzas mutantes. J'avais bien envie de tester la cire à épiler, blanche, nacrée, comme un glacis. Bref, un truc entre le canard de Vaucanson, un pédalo, et Mapplethorpe qui respire l'air de son cul avec un masque à gaz, je t'en dis pas plus.

Pour les pièces on reste sur Sirène, Berlingot, Héliogabale II, Nénuphar et Intime émotion, ok ?

Pour des raisons formelles mais aussi éthiques et puis parce que nous avons tous beaucoup d'affection les uns pour les autres, j'espère que nous mangerons des arrosticini pour ta fête.

Merci maman pour l'invitation en tous cas,
Love,
Ta fille.

* Cette lettre est un cut-up que Stéphanie Cherpin a composé à partir des échanges qu'elle a eus par mail avec chacun des artistes de l'exposition. Une fille écrit une lettre à sa mère (le 26, c'est la fête des mères !). La « fille », c'est aussi bien elle que tous les autres artistes, sans hiérarchie, une grande famille.